Penser dès maintenant le bâtiment de 2050

 

L’ADEME lance un appel à projets pour accélérer l’innovation technologique et organisationnelle dans le secteur du bâtiment

Les engagements pris par la France au niveau international sont nombreux : objectifs des 3.20 et du Facteur 4, les lois Grenelle1 (août 2009) et Grenell2 (juillet 2010), complétés par les mesures prises dans le cadre de la Table Ronde nationale sur l’efficacité énergétique (décembre 2011), sans oublier le Plan d’investissement pour le logement (21 mars 2013), définissent pour le bâtiment une feuille de route, à la fois quantitative et qualitative.
Tous les bâtiments neufs devront être à énergie positive dès 2020. Une réduction de 38 % des consommations énergétiques de l’ensemble du parc des bâtiments est attendue pour cette date, par rapport à celles de 2005. De même, une réduction de 75 % des émissions de GES devra être opérationnelle en 2050, par rapport à celles de 1990.
Pour atteindre ces objectifs énergétiques et environnementaux à l’horizon 2050, les efforts à conduire sont à décliner plus ou moins fortement en fonction des typologies, caractéristiques et implantations des bâtiments ou îlots. Pour cela, l’Ademe lance un grand Appel à Projets « Vers des bâtiments responsables pour 2020 », afin de soutenir et accélérer l’innovation technologique et organisationnelle dans le secteur du bâtiment.

Des solutions packagées pour la rénovation
La massification de la rénovation de l’ensemble du parc contraint à rechercher des dispositifs, solutions, politiques en rupture avec les logiques d’incitation et d’action au cas par cas, pour accélérer la transition énergétique du secteur du bâtiment en facilitant la mise en œuvre de solutions intégrées ou packagées. Ceci induit un dynamisme de l’innovation technologique, la standardisation et l’industrialisation de solutions clés en main ou plug and work, adaptées ou adaptables à la diversité du parc immobilier ou répondant à certaines typologies ou catégories de bâtiments. Cet axe ne peut donc pas se limiter à une filière technologique particulière. Il se veut le plus ouvert possible sur la recherche et l’innovation, pour atteindre les objectifs fixés.
De même, cette massification ne pourra avoir lieu sans une implication de l’ensemble des acteurs, et notamment sans contribution des usagers. Dans un contexte de crise où les fonds s’amenuisent et où la mise en place d’une obligation de travaux est très incertaine, il est essentiel de travailler sur les leviers du passage à l’acte. Parmi ces leviers, la prise de conscience des bénéfices de la rénovation pour et par les bailleurs, les propriétaires et les usagers sera un élément clé pour changer d’échelle.

20/11/2013

http://www.zepros.fr/batiment/actualites/13911/Penser-des-maintenant-le-batiment-de-2050.html