Qualité de l’air. Parquets, le vitrificateur qui bloque les COV

Qualité de l’air : le leader des produits de traitement du bois, Blanchon, a fait évoluer la formulation de son produit phare, Océanic, pour réduire drastiquement la présence des formaldéhydes dans l’habitat.

Développée par les équipes R&D de Blanchon, la nouvelle génération des vitrificateurs parquets Océanic inclue désormais une fonctionnalité, Air Protect, destinée à limiter la présence dans l’air intérieur des formaldéhydes, les polluants les plus fréquents dans l’habitat. La nouvelle formulation du produit, à base de polyuréthane, permet en fait de réaliser une double opération. La première est de réduire de 80% les émissions de formols provenant de la colle à parquet présente sous le vitrificateur : de 38 µg/m³ à 7 µg/m³, selon des tests réalisés 28 jours après application. La seconde opération consiste à piéger les formaldéhydes présents dans la pièce, jusqu’à 40%, et ce pendant une durée de deux à trois ans après l’application du produit.

Anticiper les exigences de la réglementation

Blanchon a fait le choix de généraliser la fonctionnalité

Air Protect sans hausse de prix. Alors que les produits Océanic sont les vitrificateurs les plus vendus en négoce (30% de PdM selon Blanchon), il s’agit d’amener le marché vers une offre plus respectueuse des hommes et de l’environnement. « Nos produits étaient déjà formulés en phase acqueuse et porteurs de l’éco-label européen, le plus contraignant en termes de matières premières et de cycle de vie du produit, indique Vincent Lepais, community manager du groupe Blanchon. Nous avons souhaité franchir une nouveau pas dans notre engagement environnemental, sans perte de performance sur les produits. »

L’évolution des vitrificateurs Oceanic permet ainsi à l’industriel de répondre à la préoccupation croissante des ménages sur la qualité de l’air intérieur, et d’anticiper les futures exigences de la réglementation française sur les émissions de COV. L’année 2015 marquera ainsi l’entrée en vigueur du décret n° 2012-14 sur la qualité de l’air dans les établissements scolaires, avec à terme l’obligation d’atteindre des taux de polluants inférieurs à 10 µg/m³.

P.F. | Source LE MONITEUR. fr